Cette semaine LUDOCARE regarde vers l’avenir de l’asthme de l’enfant, en faisant le point sur les stratégies thérapeutiques à venir. Les corticoïdes inhalés n’ont pas d’impact sur l’évolution de la maladie. Aujourd’hui, aucune thérapie de permet de prévenir le développement de l’asthme !

La thérapie, dans son ensemble doit donc se concentrer sur le contrôle de la maladie. Cet article de revue, paru en 2015, s’intéresse aux approches futures pour le contrôle de l’asthme en pédiatrie et se focalise sur l’observance et les nouvelles thérapies.

1 – Les nouvelles technologies

La première piste est l’utilisation de dispositifs électroniques de suivi comme  SmartTouch (Nouvelle Zélande) ou Propulser (USA). Ces outils permettent un enregistrement des prises et, couplés à des applications de rappel, ils permettent de mesurer de manière objective l’observance. Toutefois, leur coût, le temps d’apprentissage par les patients, la fiabilité et l’aspect « outil de contrôle » peuvent les rendre difficile à accepter.

Chez les enfants, l’utilisation de ces dispositifs couplé à un rappel audiovisuel a augmenté l’observance d’environ 50%. La présence d’un retour, réalisée par un tiers, à l’enfant sur son traitement a permis de maintenir un bon niveau d’observance au cours de l’étude. Toutefois la durée de l’étude et la diversité des types de traitement n’ont pas permis de montrer une amélioration significative de l’état des patients.

2 – Les nouvelles thérapies

De nouvelles thérapies sont également à l’étude, il s’agit de nouvelles combinaisons de corticoïdes inhalés et de bronchodilatateurs dont l’objectif est de diminuer la fréquence de survenue des effets indésirables de ces médicaments tout en conservant leur efficacité.

La recherche de marqueurs biologiques permettant d’utiliser le traitement le plus approprié pour chaque patient est un autre axe de développement en cours d’investigation notamment pour l’utilisation des biothérapies comme les anticorps monoclonaux.

L’amélioration du contrôle de l’asthme chez l’enfant est donc impératif pour prévenir les séquelles à long terme de la maladie. En attendant la mise sur le marché de nouvelles thérapeutiques adaptés à l’enfant, l’utilisation de dispositifs électronique d’assistance et de monitoring est une voie à privilégier pour améliorer l’éducation des patients et l’observance au traitement de fond.